Les Plaies Traumatiques

 

Chutes, accidents de vélo, de roller, chocs au rugby, au footbal, le sport et les activités physiques et sportives sont de grands pourvoyeurs de plaies dues à un traumatisme.

Il s'agit le plus souvent de simples érosions cutanées,

mais un certain nombre de précautions doivent être prises

même lorsque la plaie semble bénigne.

Toute plaie cutanée, parce qu'il y a effraction de la peau qui constitue une barrière protectrice, représente un milieu favorable et une porte d'entrée à l'infection. L'infection peut provenir de germes dits «saprophytes» habituellement présents sur la peau, mais aussi par ceux apportés par l'agent blessant : morceau de fer, épine de rosier,

dard d'insecte, chaussée …

Toute plaie fait donc courir un risque d'infection locale et éventuellement générale.

L'infection locale qui se développe au niveau de la plaie risque de la « creuser » et de retarder la cicatrisation.

Pour réduire ce risque il faut respecter les règles basiques de l'hygiène.

L'infection peut se généraliser quand le

 microbes issus de la plaie passen

dans la circulation générale, mettant alors en jeu le pronostic vital.

C'est le cas du tétanos qui même pris en charge en milieu hospitalier dans les meilleures conditions reste potentiellement mortel.

C'est pourquoi il convient en cas de plaies de vérifier la vaccination.

Les chutes de vélo et de roller, fréquentes chez les adolescents sont à l'origine des « dermabrasions » :

toute une partie de la peau est comme brûlée, résultat des frottements contre l'asphalte au cours de la glissade au sol.

Après une désinfection correcte, l'application d'un pansement vaseliné ou antiseptique permet de contrôler l'infection localement.

En l'absence de surinfection, ces tissus nécrosés s'éliminent naturellement au fur et à mesure de la cicatrisation qui peut être accélérée par l'application d'une crème ou de compresses à base d’acide hyaluronique.

 

Conduite à tenir devant une éraflure ou une coupure :

 

Hygiène, des règles de base :

- se laver les mains avant de toucher la plaie

- à chaque pansement, laver la plaie à l'eau du robinet avec un savon antiseptique,

éliminer les débris et rincer au sérum physiologique

- protéger la plaie avec un pansement adapté

 

S'assurer de la validité de la vaccination contre le tétanos :

- en l'absence de certificat de vaccination un rappel sera systématiquement pratiqué

- penser à emmener le carnet de vaccination en consultation

 

Vérifier l'absence de surinfection dans les jours qui suivent :

Lors du renouvellement du pansement bien observer la plaie :

-- la survenue de rougeur, chaleur, douleur, ou gonflement

des tissus autour de la plaie

-- l'existence d'un écoulement doivent faire craindre

une surinfection.

Demandez alors un avis médical,une antibiothérapie

peut être nécessaire.

 

 

Les protections limitent les dégâts :

 

Le port de protections est conseillé lors de la pratique de certains sports, casques, genouillères, coudières, peuvent être utilisés lors de

la pratique du vélo, VTT et du roller.

Il est recommandé de porter des tenues qui protègent : pantalons,

polos à manches longues, tissus en fibres naturelles.

 

Dr Marc Guerin

Médecin du Sport

 

 

Mentions Légales

Qui Sommes Nous ?

Nous Contacter

Nos Partenaires

Tous Documents Copyright Savoir Sport Santé © 2017